L’être humain a toujours un oeil prudent sur un nouvel univers. Si vous vous intéressez aux courses depuis peu, cet article est fait pour vous! Prenez notre main, n’ayez pas peur. Nous allons vous décrypter le jargon hippique. Comme ça, vous comprendrez tout lors de votre prochaine venue sur un hippodrome. Voici le premier épisode du petit dictionnaire simplifié des courses, « Le Vocabulaire de l’Expert ».

Un(e) yearling

Le yearling, mot dérivé de l’anglais, décrit un cheval âgé de 1 an. Ce terme est souvent employé lors des ventes publiques de chevaux. Les ventes de yearlings sont d’ailleurs très populaires, aussi bien au trot qu’au galop.

Un yearling vendu aux enchères

Un(e) crack

Dans une carrière, c’est le rêve ultime de chaque professionnel : posséder un crack. Ce terme qualifie un cheval exceptionnel, le champion des champions. Celui dont le public retient le nom. Au trot comme au galop, le crack est rare. Nous avons eu la chance d’en admirer durant la première saison des EpiqE Series. Bold Eagle au trot, Almanzor au galop.

 

Des oeillères

Pas besoin de posséder un doctorat en étymologie pour se douter que ce mot a un rapport avec l’oeil. Ici, nous parlons d’oeillères au pluriel, puisque cet artifice est utilisé couramment pour réduire le champ de vision d’un cheval. En général, les oeillères sont portés par des chevaux craintifs pour les canaliser.

Il existe diverses modèles d’oeillères, selon la discipline. Au trot, elles peuvent être coulissantes, pour être abaissées durant la course. Au galop, elle prennent la forme d’un bonnet placé sur la tête, comme sur la photo ci-dessus.

Un(e) stayer

Les anglicismes sont nombreux dans le domaine des courses. En voici un nouvel exemple. Le stayer est un mot utilisé au galop. Il définit les chevaux ayant des capacités à courir sur des longues distances (3 000 mètres et plus).